Nous et notre paysage ensoleillé Imprimer
Ce paysage ensoleillé nous invite, en quelque sorte, à changer de vision, à quitter la plaine pour prendre de la hauteur, là où le soleil brille et illumine notre "cheminement superlumineux" avec son logiciel. C'est prendre de la hauteur pour donner notre confiance, non pas à ce que nous voyons, mais à ce que nous croyons ou voulons croire.

Cette métaphore n'est métaphore qu'en surface ou en superficialité, car au plus profond de celle-ci est cachée une extraordinaire richesse potentielle. Jugez-en donc par vous-mêmes.

Pendant la rédaction de ce livre, l'opportunité me fut donnée de partir quelques jours pour travailler, au calme, dans une station alpine. C'était en hiver et je pus admirer, la semaine durant, un paysage très ensoleillé, alors qu'en plaine, le commun des mortels au travail devait supporter depuis plusieurs semaines un brouillard "à couper au couteau" !

Nous en conviendrons tous : il suffit que nous soyons sous une telle calotte opaque, qu'il déluge ou qu'il neige à gros flocons, pour que nous ayons grand peine à imaginer qu'ailleurs il fait beau et chaud.

Telle est souvent la vision que je capte en face du "logiciel" d'un consultant : je peux ressentir de superbes potentialités cachées qui sont en haut de la montagne et qui brillent dans le ciel bleu, rayonnant de soleil. Mais le patient, lui, me raconte une tout autre réalité, la sienne, actualisée au moment où il vient. J'aimerais si souvent pouvoir lui donner à voir le film que je perçois, avec ses réalisations en couleurs. J'aimerais lui transmettre cette beauté pour lui faire prendre confiance dans son cheminement ! Mais comment m'y prendre ? Ma seule et unique façon de partager consiste à être la plus authentique et naturelle qui soit, en décrivant le plus fidèlement possible mes images et mes ressentis. Et, dans un deuxième temps, établir des parallélismes avec d'autres cas déjà actualisés, pour aider mon interlocuteur à croire avec moi à l'existence de son logiciel et de son sens présumé. Ou à croire à son printemps en devenir avec ses dépliures. Car, même si nous n'apercevons qu'une infime partie à travers une minuscule "fenêtre", je suis pour ma part convaincue que tout logiciel appartient au superlumineux, qu'il est donc porteur de sens et que, petit hologramme faisant partie du Grand Hologramme, il a cependant une fonction et une utilité particulère.

Le seul enjeu - et il est de taille - consiste à faire partager cette vision de montagne ensoleillée et sereine, dans la plénitude et la complétude (pour reprendre le terme de JUNG) de nos potentiels, à celui qui réside en plaine dans le brouillard et sous les nuages amoncelés et qui, ne comprenant plus rien à sa vie, risque d'en perdre le fil de l'espérance. Car, il ne faut pas se le cacher: de la qualité de ce partage peut dépendre une vie plus riche de ses potentiels, actualisés ou non, ou une vie, tout court. Il est des possibles qu'il faut aller décrocher dans l'invisible, comme la lune dans un ciel étoilé.